Alpine A424 Hypercar

Alpine A424: la nouvelle Hypercar française pour la saison WEC 2024

Sommaire Masquer
  1. Alpine A424 : le premier prototype 100% depuis sa renaissance
  2. Le choix du LMDh
  3. Questions-réponses avec Bruno Famin
    1. L’A424_β est le premier prototype du genre développé par Alpine, à Viry-Châtillon, depuis 1978. Comment s’est constituée l’équipe responsable du projet ?
    2. Pourquoi avoir choisi la voie du LMDh pour la nouvelle ère de l’Endurance ?
    3. Quelles sont les ambitions sportives d’Alpine Racing en Endurance ?
  4. Questions-réponses avec Philippe Sinault
    1. Dix ans après le retour d’Alpine en compétition, est-ce le début d’une nouvelle ère ?
    2. Comment Signatech se prépare à son rôle important dans le développement ?
    3. Cumuler compétition et développement sera-t-il un défi important ?
  5. Christophe Chapelain : « Un projet dont je suis fier »
    1. Que pouvez-vous nous dire sur le châssis ?
    2. Comment se passe cette collaboration ? Quels compromis avez-vous dû faire pour reprendre les codes stylistiques d’Alpine ?
    3. Que pouvez-vous nous dire du moteur ?
    4. Quels ont été les principaux défis de ce projet ?
    5. Quelle est la suite pour l’A424_β ? 
    6. Quel est le programme concernant l’homologation ?
  6. Raphaël Linari : « Des proportions inédites pour une Alpine »
    1. Comment le design a-t-il été impliqué dans la conception de l’A424_β ?
    2. Quels ont été vos principes directeurs dans la conception de ce design spectaculaire ? 
    3. Que pouvez-vous nous dire de cette signature lumineuse remarquable ?
    4. Quels sont les liens avec Alpenglow ?
    5. L’exercice diffère-t-il vraiment de votre quotidien ?
    6. Comment avez-vous vécu cette aventure ?
  7. La genèse du projet 
  8. Fiche Technique de l’Alpine A424

Aujourd’hui, Alpine dévoile avec fierté l’A424_β, préfigurant sa future hypercar dans la catégorie reine du Championnat du Monde FIA d’Endurance, lors du légendaire week-end des 24 Heures du Mans. Ce retour marque soixante ans depuis la première participation d’Alpine à cette course emblématique.

Alpine A424 : le premier prototype 100% depuis sa renaissance

L’A424_β incarne pleinement l’ADN d’Alpine tout en anticipant son avenir. Son nom est un symbole fort : la désignation “A424” suit la tradition des voitures victorieuses d’Alpine en endurance, “24” fait écho aux 24 Heures du Mans et à l’année 2024, et le “β” représente l’étape ultime avant son lancement officiel.

Sur le plan esthétique, l’A424_β est une véritable œuvre d’art, fusionnant harmonieusement le design automobile et sportif d’Alpine. Son avant racé et affirmé dévoile une signature lumineuse distinctive, tandis que l’arrière se distingue par deux A fléchés percutants. Le motif triangulaire, rappelant les flocons alpins, se retrouve également dans les dérives et l’aileron arrière, offrant une esthétique unique.

Alpine A424b
Alpine A424: la nouvelle Hypercar française pour la saison WEC 2024 239

SUR LE CAPOT AVANT DE L’A424Β, On retrouve les coordonnées GPS du lieu de son reaveal : 47° 57 48″ N 00° 12′ 39″ E non loin du Tertre ROUGE

À l’intérieur du cockpit, les pilotes seront plongés dans une carrosserie épurée, véritable condensé de la sportivité d’Alpine. Les flancs s’inspirent du concept-car Alpenglow, symbole des ambitions de la marque, représentant le futur captivant des modèles de série et de compétition.

L’A424_β est le fruit d’une créativité sans limite, combinée à une ingénierie de pointe. Cette hypercar préfigure l’avenir de la marque Alpine et incarne son engagement continu dans le sport automobile de haut niveau. Restez à l’affût pour en savoir plus sur cette prouesse technologique qui marquera une nouvelle ère pour Alpine.

« Nous vous présentons aujourd’hui l’Alpine A424_β préfigurant notre Hypercar destinée à défier les plus grands compétiteurs dès l’an prochain.

Fidèle à nos valeurs, ce nouveau prototype projette la marque au A fléché dans l’avenir tout en s’inscrivant dans la lignée de nos créations, à commencer par Alpenglow et l’A290_β.

Racé, élégant et distinctif avec son design emblématique et iconique, il incarne à la fois notre présent et notre futur grâce à l’implication et l’investissement de nos designers dans son développement. »

Laurent Rossi, CEO Alpine

L’année 2023 marque un tournant décisif pour l’Alpine A424, qui fera ses débuts en compétition l’année prochaine dans la catégorie reine de l’Endurance. Alors que les constructeurs prestigieux se préparent à relever le défi, Alpine affiche sa vision du futur à travers le design distinctif de l’A424_β, exprimant ses ambitions et son désir de continuer à marquer l’histoire de la compétition automobile.

En cette année du centenaire des 24 Heures du Mans, l’un des événements les plus attendus de l’année pour les passionnés de sport automobile, Alpine choisit judicieusement de présenter sa nouvelle hypercar. C’est une occasion idéale pour la marque de se positionner aux côtés des constructeurs déjà présents dans la catégorie Hypercar et de révéler ses aspirations.

Conçu avec expertise à partir de Viry-Châtillon, le prototype de l’A424 bénéficie du savoir-faire des meilleurs experts dans des domaines clés tels que la gestion de l’énergie, l’intégration moteur et le fonctionnement dynamique. Ces éléments essentiels sont indispensables pour garantir des performances exceptionnelles sur la piste.

L’exploitation de ces voitures de course sera confiée à Signatech, partenaire de longue date d’Alpine depuis 2013. Leur collaboration a déjà porté ses fruits avec de nombreux succès et un palmarès impressionnant, grâce aux compétences opérationnelles exemplaires de l’équipe dirigée par Philippe Sinault. Alpine souhaite également attirer d’autres écuries pour rejoindre son équipe officielle en Hypercar, afin de pouvoir participer à différentes compétitions, y compris outre-Atlantique en IMSA.

L’A424 représente donc une nouvelle étape majeure dans l’histoire d’Alpine et marque son engagement à continuer de repousser les limites de la compétition automobile. Le monde de l’Endurance attend avec impatience de voir l’A424 prendre la piste et écrire un nouveau chapitre de succès pour la marque.

Avec les LMH, les LMDh forment l’élite Hypercar du FIA WEC et la classe GTP en IMSA. Ces prototypes permettent aux pilotes, écuries et constructeurs de concourir avec les mêmes voitures tout en s’affrontant sur les plus beaux circuits de la planète et de l’Endurance. 

Les LMDh doivent être basées sur l’un des quatre châssis acceptés en LMP2. Les concurrents les équipent d’un moteur de leur choix, ainsi que d’un système hybride de 50 kW commun à tous. Afin de garantir la compétitivité de toutes les voitures, l’ACO, la FIA et l’IMSA ont défini des principes, dont une fenêtre de performance aérodynamique à respecter, un poids minimum de 1030 kg ainsi qu’une puissance de 500 kW. 

Les carrosseries peuvent néanmoins reprendre les codes stylistiques des véhicules de série de la marque dont ils défendent les intérêts, d’où le style inégalé d’Alpine A424_β.

Le choix du LMDh

La catégorie LMDh, rassemble des voitures de compétition conçues pour participer au Championnat du Monde FIA d’Endurance ainsi qu’à l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship aux États-Unis.

En tant qu’élite Hypercar du FIA WEC et classe GTP en IMSA, les LMDh offrent aux pilotes, écuries et constructeurs la possibilité de concourir avec les mêmes voitures sur les circuits les plus prestigieux de l’Endurance.

Les LMDh sont basées sur l’un des quatre châssis approuvés en LMP2, auxquels les concurrents ajoutent leur propre moteur ainsi qu’un système hybride de 50 kW partagé par tous. Pour garantir la compétitivité de toutes les voitures, l’ACO, la FIA et l’IMSA ont établi des principes incluant une fenêtre de performance aérodynamique, un poids minimum de 1030 kg et une puissance de 500 kW.

Les carrosseries peuvent néanmoins adopter les codes stylistiques des véhicules de série de la marque qu’ils représentent, c’est ainsi que l’Alpine A424_β arbore un style unique.

Questions-réponses avec Bruno Famin

Directeur exécutif d’Alpine Racing SAS depuis 2022, Bruno Famin met sa riche expérience en sport automobile, dont l’Endurance avec une victoire aux 24 Heures du Mans en 2009, au service de la marque au A fléché. Le Français nous confie les premiers secrets de l’A424_β.

L’A424_β est le premier prototype du genre développé par Alpine, à Viry-Châtillon, depuis 1978. Comment s’est constituée l’équipe responsable du projet ?

Viry-Châtillon est une entité regroupant de nombreuses activités au-delà de la F1. Notre Direction Véhicules réunit notamment la compétition-clients, la Formule E et d’autres projets, dont l’A424_β et Alpenglow. Nous nous sommes donc appuyés sur nos métiers déjà existants tout en complétant quantitativement et qualitativement nos effectifs. Au-delà de l’équipe dédiée, tous les secteurs de Viry-Châtillon contribuent au projet A424 là et quand il le faut. Enfin, notre écurie officielle Signatech se prépare également à nos futurs défis, où leur expérience opérationnelle sera un atout.

Pourquoi avoir choisi la voie du LMDh pour la nouvelle ère de l’Endurance ?

La décision de s’engager en Hypercar a été prise en 2021 et nous nous y sommes pleinement consacrés dès janvier 2022. Le rythme s’est progressivement accéléré et le choix de la règlementation LMDh s’est imposé comme une évidence avec l’ambition d’Alpine de pénétrer le marché américain tout en demandant un investissement plus limité que les LMH en matière d’ingénierie. Le principe de la dualité LMH/LMDh est de mettre les autos sur les mêmes fenêtres de performances aérodynamique et moteur. En LMDh, nous disposons d’une colonne vertébrale commune, entourée d’un châssis de l’un des quatre fabricants homologués. Les constructeurs peuvent également dessiner une carrosserie possédant les codes stylistiques de leurs marques, d’où les divergences que l’on voit déjà avec des prototypes dont le style n’est pas uniquement dicté par l’aérodynamique. Grâce à cela, Alpine réaffirme son identité forte et ses talents techniques avec un budget contenu afin d’avoir la possibilité de commercialiser sa LMDh à terme. 

Quelles sont les ambitions sportives d’Alpine Racing en Endurance ?

C’est formidable de retrouver la catégorie reine de l’Endurance grâce aux nombreux talents impliqués dans ce projet. L’équipe Alpine de Viry-Châtillon jouit d’un savoir-faire précieux, notamment au niveau du développement de l’unité de puissance, de la gestion de l’énergie et de l’incidence du système hybride sur la dynamique de la voiture. Avec nos partenaires Oreca et Signatech, nous avons travaillé d’arrache-pied pour préparer cette nouvelle génération de prototype et nous nous approchons des premiers tours de roues après avoir bien progressé par rapport aux différents jalons du projet. Nous avons tous hâte de voir l’A424_β en piste après un tel développement et de nombreuses heures aux bancs. Plus que jamais, Alpine est en ordre de marche vers les sommets !

Questions-réponses avec Philippe Sinault

À la tête de la structure Signatech représentant Alpine depuis son retour en Endurance en 2013, Philippe Sinault s’apprête à retrouver la catégorie reine en Hypercar au côté de la marque au A fléché. Avant leur nouveau départ l’an prochain, ses équipes auront toutefois un programme intense entre leurs engagements actuels en LMP2 et les essais de développement de l’A424.

Dix ans après le retour d’Alpine en compétition, est-ce le début d’une nouvelle ère ?

En 2013, nous avons su convaincre Alpine de revenir en course et nous avions la certitude qu’une telle marque n’est à sa place qu’en catégorie reine. Alpine ne se refuse jamais les rêves auxquelles elle prétend, tout comme nous chez Signatech. Nous n’imaginions pas la suite, mais nous l’espérions fortement et cette ambition est sur le point de se matérialiser. Notre aventure de dix ans a été rythmée par des titres européens et mondiaux sur plusieurs terrains de jeu. Plus que jamais, c’est une véritable fierté et un aboutissement de représenter Alpine, tant au sommet de l’Endurance, que dans nos autres collaborations avec les A110 Cup, A110 GT4, A110 Rally, et bientôt A110 Pikes Peak. Cela a créé une dynamique vertueuse autour de nos projets et laisse augurer de fantastiques perspectives pour l’avenir.

Comment Signatech se prépare à son rôle important dans le développement ?

Avant d’entamer ce nouveau chapitre, notre mission était d’appréhender notre saison de transition en LMP2 tout en planifiant notre futur en Hypercar. Dès cette année, nous avons changé de dimension en raison du programme extrêmement chargé qui nous attend entre nos engagements en compétition et le développement de l’A424 avec les équipes d’Alpine Racing à partir de cet été. Nous avons recruté de nombreux talents venant d’horizons différents et nous aurons la chance d’avoir l’appui de Viry-Châtillon avec l’expérience précieuse de Bruno Famin, Christophe Chapelain et François Champod, pour ne citer qu’eux. 

Cumuler compétition et développement sera-t-il un défi important ?

Nous sommes avant tout des « racers » et il nous était inenvisageable d’imaginer les festivités du centenaire des 24 Heures du Mans sans Alpine. Nous voulions absolument être engagés en compétition, car la course est inscrite dans nos gènes. C’est également le meilleur moyen de nous préparer. Nos équipes vont donc être présentes sur les deux fronts, mais de manière intelligente, en se relayant pour opérer sur la voiture de développement. Un énorme travail de fond, d’anticipation et d’engagement de la part de tout le monde a déjà été fait depuis près d’un an. Le soutien d’Alpine Racing et d’Oreca sera précieux pour être les mieux armés et faire que ce prototype magnifique puisse ancrer toujours plus Alpine au firmament du sport automobile français et international.

Christophe Chapelain : « Un projet dont je suis fier »

Présent à Viry-Châtillon depuis 2013, Christophe Chapelain est l’ingénieur en chef du projet Alpine Hypercar-LMDh. Fort d’une riche expérience dans le monde du sport automobile à travers une grande variété de discipline, le Français retrouve également l’Endurance après avoir évolué chez le constructeur OAK Racing de 2010 à 2013. Il nous dévoile aujourd’hui la genèse de l’Alpine A424_β. 

Que pouvez-vous nous dire sur le châssis ?

En LMDh, chaque marque doit s’associer à l’un des quatre partenaires homologués. En Endurance, nous sommes liés à Oreca depuis 2013. Nous avons consulté les trois autres fabricants. Tous ont leurs forces, mais l’expérience d’Oreca a prévalu, encore plus dans le cadre d’un projet 100 % français. Une fois la décision prise, nous avons collaboré avec Oreca pour le châssis, l’intégration moteur et l’apport de nos stylistes pour inclure les traits de caractère des futures Alpine en collaboration avec leurs aérodynamiciens.

Comment se passe cette collaboration ? Quels compromis avez-vous dû faire pour reprendre les codes stylistiques d’Alpine ?

Nous travaillons extrêmement bien avec Oreca. Dès le début, ils se sont montrés extrêmement réactifs à nos demandes tout en nous offrant des informations précieuses pour l’intégration du moteur. Sur le plan du châssis, c’est la première fois qu’ils composent avec autant de contraintes issues de designers automobiles. Certains compromis ont été nécessaires, par exemple entre la volonté du design et certains aspects règlementaires. La fenêtre aérodynamique laisse toutefois suffisamment de marge pour intégrer beaucoup d’idées tout en convergeant vers les valeurs demandées. Il fallait faire cohabiter deux univers différents et le résultat est magnifique. Cela démontre que tout le monde a œuvré dans le même sens pour faire de ce projet une réussite stylistique aujourd’hui, mais aussi sportive demain. 

Que pouvez-vous nous dire du moteur ?

Nous nous sommes associés à Mecachrome pour le groupe propulseur. Mecachrome possède de l’expérience en Endurance et nous avons mené beaucoup d’études et d’essais de principe dès le mois de juin 2022. Cela nous a permis d’en analyser les avantages et les inconvénients pour que nos équipes d’ingénieurs de la Formule 1 établissent un cahier des charges, définissent l’architecture et calibrent le bloc pour la plage de performances souhaitée. Les ingénieurs de Viry ont été extrêmement impliqués en nous faisant profiter de leurs capacités, de leurs ressources et de leurs méthodes pour en améliorer la puissance, la fiabilité et les matériaux. Pour faire simple, il s’agit d’un V6 3,4 l monoturbo. Nous aurons la particularité d’être les seuls avec cette configuration. Comme le veut la réglementation pour tous les concurrents engagés en LMDh, le moteur sera couplé à une boîte de vitesses Xtrac, un boîtier hybride standard Bosch et une batterie Williams. Enfin, il faut noter que les synergies avec la F1 sont telles que notre soft LMDh est fortement inspiré de celui de la F1. Le cost cap en F1 joue d’ailleurs en notre faveur puisqu’il permet de libérer des heures de bancs, en plus de celles disponibles chez Mecachrome.

Quels ont été les principaux défis de ce projet ?

Même si Signatech possède une grosse expérience de l’Endurance, nous sommes novices sur des sujets clés comme la balance des performances. L’objectif est de faire la meilleure LMDh tout en anticipant de futurs changements de BoP. 

Quelle est la suite pour l’A424_β ? 

L’ingénieur que je suis aimerait toujours rouler le plus tôt possible. Nous avons tous hâte d’être à nos premiers tours de roues. Pendant ce temps, notre moteur continue de tourner aux bancs avant un premier démarrage prévu le 28 juin. Nous effectuerons ensuite un déverminage dans la seconde quinzaine de juillet avant d’enchaîner les séances d’essais dès le mois d’août. 

Quel est le programme concernant l’homologation ?

Il s’agit d’un sujet parallèle extrêmement important. Dès le mois d’août, nous devrons avoir construit une deuxième voiture et l’équiper d’un moteur pour l’envoyer aux États-Unis en vue des tests en soufflerie mi-novembre. Avec deux séances de préparation, nous devrons être au plus près de la configuration définitive de l’Alpine A424 puisqu’elle fera office d’homologation. L’exercice n’est pas si difficile, mais il faut savoir éviter tout contretemps. Une fois la procédure finie, nous partirons à la FIA pour l’homologation et de nouvelles mesures. Tout cela demande toute une organisation extrêmement spécifique.

Raphaël Linari : « Des proportions inédites pour une Alpine »

Responsable designer extérieur et racing pour Alpine, Raphaël Linari évolue depuis plus de dix ans au sein de Renault Group. Intégré à l’équipe de la marque au A fléché, il est arrivé à temps chez Alpine Cars pour rejoindre l’un des programmes transversaux les plus enthousiasmants du sport automobile contemporain : un véritable prototype de course ayant les traits des futures Alpine de série. Mission accomplie avec l’A424_β.

Comment le design a-t-il été impliqué dans la conception de l’A424_β ?

C’est un projet auquel nous avons été progressivement intégrés. Nous avons commencé à travailler sur les premiers sketches en 2021 avant d’être mis en relation avec Oreca. Nous avons pu récupérer un de leurs châssis en fin d’année afin de disposer d’une base sur laquelle dessiner une Alpine. Nous y avons passé une année entière, car nous avions besoin d’une phase d’apprentissage pour comprendre les contraintes en jeu, sur le plan des proportions et de l’attitude comme le poste de pilotage dicte la configuration de nombreux volumes associés. Nous avons alors réalisé une synthèse s’affinant ensuite au fil des tirs aérodynamiques. Ceux-ci ont rythmé le développement stylistique pour sculpter la forme de l’A424_β, au sens propre comme au figuré, comme nous devons entrer dans une fenêtre de performances imposée par la règlementation. C’était un travail de longue haleine, mais extrêmement enrichissant. 

Quels ont été vos principes directeurs dans la conception de ce design spectaculaire ? 

Notre vision était d’avoir une carrosserie très pure, à l’image d’une supercar de route. Nous avons essayé d’être efficaces, donc nous avons simplifié, lissé et purifié les surfaces au maximum afin d’éviter une addition de volumes et d’éléments hétérogènes. Cela est particulièrement vrai sur l’arrière. C’est la fin du siège aérodynamique, là où la traînée doit être la plus fluide possible. Nous l’avons donc épurée au maximum pour nous émanciper de tout aspect cubique caractéristique des prototypes du Mans. 

Que pouvez-vous nous dire de cette signature lumineuse remarquable ?

Ces signatures lumineuses sont peut-être les éléments les plus marquants. À l’avant, nous étions plutôt libres en dépit des obligations règlementaires sur la visibilité comme il s’agit en fait d’un module de projecteurs à intégrer dans un volume donné. En parallèle, l’arrière était beaucoup plus contraint. Nous avons créé une signature lumineuse propre à notre LMDh en réinterprétant le A fléché et en l’ajustant à son environnement dans la partie basse. Quand un concurrent nous suivra, la caméra embarquée ne pourra pas manquer ce A fléché. Cela envoie un message fort à l’avant et impactant à l’arrière.

Quels sont les liens avec Alpenglow ?

Les deux projets se sont mutuellement nourris d’une certaine manière. Alpenglow possède des codes de la LMDh pour un concept car roulant affranchi de toute contrainte, liée à la technique ou à l’homologation par exemple. Nous avons tiré notre inspiration des flancs d’Alpenglow tout en reprenant aussi certains travaux faits sur l’Alpine A110 pour l’A424_β. 

L’exercice diffère-t-il vraiment de votre quotidien ?

Plus qu’un exercice différent, c’était inédit. Ces prototypes sont habituellement dessinés par des bureaux d’ingénieurs. De notre côté, nous n’avons pas forcément la même approche qu’un constructeur de véhicules de compétition. Pour la série, toutes les surfaces sont issues du design en synthétisant toutes les contraintes techniques de nos fournisseurs et usines. Contrairement à nos habitudes, l’ingénierie de course reprend la main pour la fabrication des moules et des pièces. Il s’agissait donc de dessiner une voiture qui ne se dessine pas d’habitude. Les contraintes liées à la performance sont toujours faciles à accepter, car nous faisons partie intégrante de la « band of racers » souhaitant voir Alpine atteindre les sommets. En parallèle, le modèle économique de la règlementation LMDh requiert une certaine rationalité budgétaire sur l’entretien et l’exploitation par une écurie privée. Là résidait toute la complexité, mais nous avons su créer un objet moderne, dans des proportions inédites pour une Alpine.

Comment avez-vous vécu cette aventure ?

Tout d’abord, c’est un honneur incroyable et un immense privilège de dessiner l’Alpine qui disputera les 24 Heures du Mans. Nous avons pris beaucoup de plaisir, malgré le « traditionnel » choc des cultures entre designers et ingénieurs. Face à l’émergence des contraintes, les designers vont chercher à lisser les surfaces pour les absorber alors qu’un ingénieur pourrait se contenter d’une bosse de dernière minute. Ce n’est qu’un exemple, mais il y a une approche d’harmonisation et de synthétisation des volumes. Nous avons tous réussi à travailler dans le même sens comme il aurait été peu pertinent de proposer des concepts à l’encontre de la performance, mais nous voulions que cette voiture soit la plus Alpine possible en dépit d’une base technique imposée. Nous avons su trouver ce juste équilibre avec cette Alpine iconique dont je suis immensément fier.

La genèse du projet 

15 septembre 2020

Alpine annonce son retour dans la catégorie reine de l’Endurance pour 2021 et 2022.

5 octobre 2021

Alpine annonce son engagement en catégorie Hypercar / LMDh avec deux voitures à partir de 2024.

Novembre 2021

Le Département Design ébauche les premiers sketches de l’Alpine A424.

Janvier 2022

Viry-Châtillon entame ses premières études avec Oreca et Mecachrome.

Juillet 2022

Alpine et Oreca lancent leurs premiers tirs aérodynamiques.

Décembre 2022 

Le moteur effectue ses premiers passages aux bancs.

Mai 2023 

Premiers essais couplés moteur-boîte de vitesses aux bancs de Viry-Châtillon.

9 juin 2023

Alpine présente l’A424_β, 60 ans après son premier engagement aux 24 Heures du Mans.

Fiche Technique de l’Alpine A424

Voici le tableau complet de la fiche technique de l’Alpine A424 :

CHÂSSIS
StructureCoque carbone & nid d’abeille
CarrosserieCarbone
SuspensionsDouble triangles à poussants
DirectionAssistée électrique
Longueur5000 mm
Largeur1998 mm
Hauteur1058 mm
Empattement3148 mm
MasseEnviron 1030 kg (selon BOP)
MOTEUR
ConfigurationV6 monoturbo à 90°
Cylindrée3 400 cm3
Puissance maximale500 kW / 675 chevaux
Régime maxi9000 tr/min
HybridationBosch standard / 50 kW
LubrificationCarter sec / pompe à huile à étages
Gestion électroniqueMarelli
BOÎTE DE VITESSES
MarqueXtrac
TypeTransversale
Changement de vitessesPalettes au volant et commande pneumatique
Rapports7 + marche arrière
ROUES
Pneumatiques AVMichelin 29-71/R18
Pneumatiques ARMichelin 34-71/R18
Jantes avant12.5’’x18’’
Jantes arrière14’’x18’’
FREINS
DisquesVentilés carbone
ÉtriersMonobloc 6 pistons
SÉCURITÉ
HarnaisSix points, adapté pour le système Hans®
RéservoirSouple sécurisé avec système de réserve intégré

Via Alpine Cars

REJOIGNEZ LES ALPINISTES ?

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et ne plus rien rater de l'actualité des Alpinistes !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Precédent
Alpine A110 R Le Mans : Une série limitée en hommage à l’endurance automobile et au centenaire des 24 Heures du Mans
ALPINE A110 R Le Mans

Alpine A110 R Le Mans : Une série limitée en hommage à l’endurance automobile et au centenaire des 24 Heures du Mans

Sommaire Masquer Alpine A110 R : la première série spécial hommage endurance Une

Suivant
Fiche Technique Alpine A424
Alpine A424

Fiche Technique Alpine A424

L’Alpine A424, la nouvelle étoile de la compétition automobile, se prépare

Vous aimerez aussi
Total
0
Share